Une famille Un monde

Mais qu'est-ce qu'on fait là ?

Welcome to the jungle

Nous sommes à l’alliance française de Cuenca où nous avons enfin trouvé un accès internet qui devrait nous permettre de mettre à jour le blog dans les jours qui viennent.

26 août 2010 : Latacunga – Ambato / 5 leçons d’hospitalité en 24h

Demi-heure studieuse

1 – La pizzeria :

Difficile de trouver où manger le soir à Latacunga. La ville s’endort tôt et de manière générale les équatoriens mangent peu le soir. C’est dans la seule pizzeria ouverte que nous allons avec Joaquin. Nous dévorons nos lasagnes. Il est tard et Zoé s’endort à table. Le restaurateur nous propose de nous ramener avec sa voiture. Inutile de protester, il ne veut pas que l’on réveille Zoé en marchant. Retour motorisé chez Joaquin.

2 – Cynthia & Co. :

Petit déjeuner officiel

Au réveil, nous filons (en retard comme toujours) à la mairie pour un petit déjeuner organisé en notre honneur par Cynthia et ses collaborateurs. On se régale des spécialités de la région et je regrette que mon espagnol soit si balbutiant. Embrassades, encouragements, nous repartons tout sourire (c’est contagieux).

3 – Joaquin :

De retour chez notre hôte pour la nuit pour finir de préparer les vélos, celui-ci rentre de ses 2 heures de vélos quotidiennes. Il nous donne un bloc de sa potion magique : du sucre de canne à diluer dans notre eau. Je prends rendez-vous pour l’escalade du Cotopaxi dans un ou deux ans.

4 – Marco, le vendeur de glaces :

A Salcedo, la spécialité c’est la glace aux fruits. A tel point qu’il n’y a que des échoppes vendant des glaces. On s’arrête pour en acheter une pour Zoé. Au moment de payer, impossible. Marco tient à nous offrir cette glace. Nous restons une demi-heure à discuter avec lui (tiens, mon espagnol s’améliore).

5 – Le restaurant :

Il pleut, nous avons faim. Allons-y pour le traditionnel «almuerzo» à 1,50$. Nous arrivons un peu tard dans un restaurant qui ne doit pas souvent voir passer des «gringos» : toute la salle nous regarde en souriant. Comme d’habitude, nous avons droit à une nourriture simple et saine. A la fin du repas, alors que Carine est aux toilettes avec les filles, les trois femmes qui tiennent le restaurant m’assaillent de questions (elles ont du sentir que je devenais bilingue). Je réponds aux traditionnelle questions : d’où viens-tu, où vas-tu et surtout est-ce que l’Equateur te plaît ? Quand à cette dernière question je réponds par l’affirmative, les sourires s’élargissent encore.

6 – German :

Nous arrivons à Ambato. La ville a été complètement détruite en 1949 par un tremblement de terre. Son relief escarpé doit venir de là et ne plait pas à nos mollets. Dans une montée sinueuse particulièrement difficile où notre vitesse avoisine le 0km/h, une voiture se met en warning et nous suit, nous protégeant ainsi de la circulation. Arrivé en haut, je fais un signe amical au conducteur et le remercie de son attention. Il s’arrête et nous demande où nous allons. Quand il apprend que nous cherchons la mairie, il charge les vélos sur son pick-up et nous emmène. Il me tend sa carte et comme d’habitude, si nous avons besoin de quelque chose, il suffit de l’appeler. Ben justement on cherche un coin pour dormir. Devinez ce qui se passe ? Tous chez German pour une bonne douche, une visite guidée de la ville, un restaurant et une bonne nuit de repos. Sa femme me dit que je parle bien espagnol. C’est vrai que j’ai progressé en 24h. Mais c’est en matière d’hospitalité que les leçons sont les plus marquantes.

Petit lexique d’espagnol équatorien des phrases que l’on entend le plus :

mi casa es tu casa : ma maison est la tienne

no hay problema : il n’y a pas de problème

con gusto : avec plaisir

no te preocupes : ne t’en fait pas

Le long de la panaméricaine :

Petite leçon de conduite :

Les règles pour faire du vélo le long de la panaméricaine :

– rester à droite mais pas trop car le bord de la route est un fossé

  • se méfier des bus qui sont les rois de la route et qui se déportent régulièrement à droite pour récupérer ou jeter des passagers
  • éviter les nids de poule ou pire les égouts sans plaque d’égout
  • éviter les pierres qui n’ont rien à faire là mais qui y sont
  • doubler les véhicules garés sur le bord (panne, pause pipi, sieste)
  • faire un sprint quand un chien déboule en aboyant
  • deviner si le chien au bord de la route va débouler en aboyant
  • ne plus respirer quand un camion peine à nous doubler tout en crachant une fumée noire
  • ne pas mourir asphyxié quand les montées durent 20km
  • ne pas exploser un pneu quand les descentes durent 20km
  • répondre à chaque pouce levé d’un geste de la main en lâchant le guidon tout en continuant à respecter les règles précédentes
  • chercher à manger et à boire (et s’arrêter dès qu’on a trouvé)
  • garder le sourire et regarder le paysage (on est venu pour ça, non ?)

Ambato :

27 août 2010 : Ambato – Banos

On nous avait conseillé de rester sur la panaméricaine pour traverser le pays. Mais la panaméricaine, on en a un peu marre et visiter l’Equateur sans descendre en Amazonie, ce serait un peu dommage. Alors cap sur l’Oriente avec une première étape à Banos (les bains en espagnol), connu pour ses sources d’eau chaude. Ce matin, German nous emmène avec son pick-up à la sortie de la ville.

On enfourche nos vélos et commence alors la longue descente vers l’Amazonie. La route serpente dans des vallées grandioses et chaque pause pour laisser refroidir les jantes de nos vélos est prétexte à faire des photos.

Ici, on cultive à la verticale.

On aperçoit notre premier condor 😉

Le temps se gâte et le vent est tel qu’il nous faut pédaler pour avancer en descente ! L’après-midi, nous laissons nos vélos à l’hôtel (offert car l’hôtelier est un ami de German) et nous partons marcher sur un sentier surplombant la ville jusqu’à un observatoire permettent de voir le Tungurahua. Arrivés au sommet le ciel se lève et nous offre une vue superbe sur ce volcan qui s’est remis en activité depuis 1999 et qui reste une menace pour la ville de Banos.

Tarzan

Jane

Ce soir il pleut : un avant goût de l’Amazonie ?

Précédent

Toujours plus haut

Suivant

L’Oriente

  1. Ingrid

    Cool d’avoir des news de vous et de savoir que vous vous portez tous bien !!
    Chez nous la rentrée a eu lieu ce Jeudi 2 Septembre pour les enfants.
    Vous nous manquez beaucoup…
    Bref, le 26 Septembre Nono et Emilie vont faire leur marché à la ferme, je ne manquerai pas de prendre quelques chèvres et des photos à vous envoyer, toujours pour le soutien !!!
    Gros bisous à tous les quatre.
    On vous aime et vous embrasse très fort <3

  2. mamypapy

    fabuleux ce voyage, vous nous en faites profiter, nous voyageons avec vous.
    bravo pour le site
    gros gros bisous

    mamy papy

  3. antoine (le prénom...)

    salut cousin,
    toujours aussi agréable de suivre votre traversée par contre vous n’allez par être dans les temps pour notre RDV au népal… lol
    profitez

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén