Mai 2011

Lettre à l’école du 1er mai 2011 :

Chère école,

Nous sommes maintenant au Chili. Pour arriver dans ce pays, nous avons franchi un col. Nous sommes arrivés dans la neige, alors une voiture nous a pris pour nous emmener jusqu’à la douane située en bas du col.

Au Chili, il pleut presque tous les jours. Du coup, la végétation est verte. Il y a des maisons en bois sur pilotis.

Nous nous sommes baignés dans des eaux thermales à 75°. Les Chiliens ne boivent pas beaucoup de maté. Par contre ils mangent des empanadas.

Hier, nous avons pris un traversier pour nous emmener sur l’île de Chiloé. Puis nous sommes allés à l’information touristique qui nous a mis en contact avec une dame. Ana Maria nous a prêté une petite maison au bord de l’océan pacifique.

Gros bisous.

Zoé

Ma poésie pour le mois de mai : j’ai choisi la poésie qu’Axelle m’a envoyée.

L’IBIS

Un ibis avait un bec

Comme le sabre d’un cheik.

Aussi, notre volatile,

Au mépris des crocodiles,

Becquetait, becquetait-il

Des serpents le long du Nil,

Becqueta, becqueta tant

Qu’il mourut en becquetant.

Dans le ventre de l’ibis,

On trouva deux tournevis,

Deux tubes de dentifrice,

Deux épingles à nourrice,

Deux étoiles de police,

Et deux balles de tennis.

Un ibis avait un bec

Comme le sabre d’un cheik.

Puisqu’il trouvait fabuleux,

De becqueter tout par deux,

De Port-Saïd à Tunis,

On l’appelait l’ibis bis.


Pierre Coran

PS : Axelle et Théo sont allés en vacances à Barcelone où nous étions au début de notre voyage. Voici leur petit reportage :

 

Mon journal :
Dimanche 1er mai :
Nous sommes allés sur une presqu’île. La vue était très belle.
Lundi 2 mai :
Nous avons pris un traversier pour aller sur l’île de Chiloé. Le soir, nous sommes allés dans une petite maison avec vue sur l’océan Pacifique.
Mardi 3 et mercredi 4 mai :
On est allé à la plage et nous avons construit des bateaux. Le soir nous avons mangé un plat typique de l’île de Chiloé : des moules avec des coquillages, de la viande, du poulet et comme des crêpes de pomme de terre.
Jeudi 5 mai :
Sur le chemin nous nous sommes arrêtés dans le jardin d’un monsieur qui nous a fait découvrir les plantes de Chiloé. Les légendes de l’île sont presque pareilles qu’en France : par exemple Blanche-Neige et les 7 Chilotitos.
Vendredi 6 mai :
J’ai lu Astérix et Obélix au petit hôtel : nous avons une chambre chez l’habitant.
Samedi 7 mai :
Le propriétaire de sa maison nous a emmenés voir ses animaux : des chèvres, des vaches, des cochons et des moutons et des dindons. Nous avons fait une belle balade dans ses prés.
Dimanche 8 mai :
Aujourd’hui au Chili c’est la fête des mères : el dia de la madre.
Lundi 9 mai :
Dans les petits restaurants de village, à Chiloé, nous mangeons : une soupe bien consistante en entrée, de la viande et des pommes de terre en plat principal. En dessert : salade de fruits (murtillas, pommes et oranges), ou du kuchen : c’est un gâteau d’origine allemande.
Mardi 10 mai :
Nous sommes allés à l’école. Le directeur nous a faits visiter l’école. L’après-midi Mahaut est allée en classe avec moi et maman. Elle a fait un dessin plus une fiche avec des formes.
Mercredi 11 mai :
Nous avons fait plus de 50km. Nous sommes arrivés à une cabana superbe.
Jeudi 12 mai :
Nous avons fait une journée de pause.
Vendredi 13 mai :
Le matin, nous avons pris un traversier pour aller découvrir une autre île, bien plus petite que celle de Chiloé. Chiloé est un archipel : l’île principal au centre et autour plein d’autres petites îles.
Samedi 14 mai :
Nous sommes arrivés à Castro, la capitale de Chiloé. Nous sommes allés dans un grand magasin et nous avons acheté : un pantalon pour Mahaut, un T-shirt Minnie et le même pour moi. On était très excités de faire du shopping parce que nous ne changeons presque pas d’habits.
Dimanche 15 mai :
Journée de pause en ville : visite de l’église, jeux au bord de l’océan.
Lundi 16 mai :
Nous sommes partis de Castro. Nous sommes arrivés à Chonchi. Nous sommes allés à un restaurant avec vue sur le port.
Mardi 17 mai :
On a longé un lac qui se jette dans un 2ème lac, qui lui-même se jette dans l’Océan Pacifique. Nous sommes arrivés dans une petite cabana à l’architecture typique d’ici (cabane en triangle), avec vue sur l’Océan Pacifique.
Mercredi 18 mai :
Nous sommes allés au « Parque Nacional Chiloé ». Nous avons fait la balade du « tepual », qui était sur pilotis. Nous avons pu observer différents types d’arbres de Chiloé. Nous avons aussi fait la balade sur la petite plage, face à l’Océan Pacifique.
Jeudi 19 mai :
Nous sommes allés sur une plage. Nous avons joué avec les vagues et avec l’écume.
Vendredi 20 et samedi 21 mai :
Nous sommes restés dans la cabana à Cucao parce qu’il pleuvait. Nous avons joué aux Petshops. On s’est reposé. On a joué à la DS.
Dimanche 22 mai :
Nous sommes partis de la cabana près de l’océan et nous sommes arrivés dans une autre cabana un peu en dehors de Castro.
Lundi 23 mai :
Maman, Mahaut et moi, nous avons pris le bus pour aller chercher le cahier à Mahaut qui était resté dans une autre cabana, sous un coussin.
Mardi 24 mai :
Il pleut ! C’est notre dernier jour sur l’île.
Mercredi 25, jeudi 26 et vendredi 27 mai :
Difficile retour en Argentine en bus.
Du samedi 28 mai au dimanche 12 juin, nous voyageons en voiture pour aller découvrir la Patagonie Sud (voir le petit reportage sur la page principale du blog).
Après presqu’un an à rédiger chaque soir son cahier, Zoé propose de traiter la suite du voyage sous forme de petits reportages.
Le premier, » Voyage en Patagonie Sud », a été construit en commun avec sa petite soeur Mahaut . Il est disponible sur la page principale du site (article publié le 17 juin 2011).

2 réflexions au sujet de « Mai 2011 »

  1. Bonjour Zoé,
    Voici les poésies de Axelle et Théo pour le mois de Mai :

    Pour faire le portrait d’un oiseau

    Peindre d’abord une cage
    avec une porte ouverte
    peindre ensuite
    quelque chose de joli
    quelque chose de simple
    quelque chose de beau
    quelque chose d’utile
    pour l’oiseau
    placer ensuite la toile contre un arbre
    dans un jardin
    dans un bois
    ou dans une forêt
    se cacher derrière l’arbre
    sans rien dire
    sans bouger…
    Parfois l’oiseau arrive vite
    mais il peut aussi mettre de longues années
    avant de se décider
    Ne pas se décourager
    attendre
    attendre s’il le faut pendant des années
    la vitesse ou la lenteur de l’arrivée de l’oiseau
    n’ayant aucun rapport
    avec la réussite du tableau
    Quand l’oiseau arrive
    s’il arrive
    observer le plus profond silence
    attendre que l’oiseau entre dans la cage
    et quand il est entré
    fermer doucement la porte avec le pinceau
    puis
    effacer un à un tous les barreaux
    en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l’oiseau
    Faire ensuite le portrait de l’arbre
    en choisissant la plus belle de ses branches
    pour l’oiseau
    peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
    la poussière du soleil
    et le bruit des bêtes de l’herbe dans la chaleur de l’été
    et puis attendre que l’oiseau se décide à chanter
    Si l’oiseau ne chante pas
    C’est mauvais signe
    signe que le tableau est mauvais
    mais s’il chante c’est bon signe
    signe que vous pouvez signer
    Alors vous arrachez tout doucment
    une des plumes de l’oiseau
    et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

    Jacques Prévert

    LE DORMEUR DU VAL

    C’est un trou de verdure où chante une rivière
    Accrochant follement aux herbes des haillons
    D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
    Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

    Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
    Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
    Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
    Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

    Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
    Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
    Nature, berce-le chaudement : il a froid.

    Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
    Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
    Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

    Arthur Rimbaud

    Une question d’Axelle:
    Parles-tu couramment Espagnol maintenant ?
    Moi je sais dire Ola Amigo, Adios,Gracias,Piscina,Caixa ( la banque où maman a attendu longtemps à Barcelone car la machine à carte ne fonctionnait pas).

    Théo: Est-ce que vous êtes fatigués ?
    Est-ce qu’il neige souvent ?
    Est-ce que vous mangez bien ?

    Ingrid : L’eau à 75 ° ne t’as pas brûlé ?

  2. Pour Zoé et Mahaut
    à partager avec Mayline

    une suite au poème d’Axelle et Théo

    pendre une lanterne
    tout près de la maison
    sous la loggia
    une des vitres est cassée
    ne pas la remplacer
    puis partir
    partir sans rien dire
    et au retour
    découvrir un nid
    ne pas bouger
    et observer
    et l’oiseau
    enfin deux oiseaux
    à tour de rôle
    entrent dans ce nid
    un nid au-dessus de nos têtes
    merveilleux
    et un matin
    de petits gazouillis
    tout timides
    et l’oiseau
    virevolte
    sans cesse
    dans son bec
    un insecte
    pour ses petits
    trois petits
    qui de jour en jour
    piallent de plus en plus fort
    tout noirs le bec grand ouvert
    alors lever la tête
    écouter
    la plus belle chanson de la vie
    trois petits
    trois comme nos trois petites filles
    donc faire de notre maison
    un petit nid
    et attendre
    si nos oiseaux à nous
    poussent la porte
    si nos oiseaux
    crient mamy papy
    alors c’est bon signe
    signe que nous pouvons signer
    d’un mot magique
    le bonheur

    gros gros bisous

    mamymounne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.