dans nos bagages

Dans nos bagages

Voici une liste presque complète du matériel qui nous accompagne durant le voyage, ainsi que quelques commentaires sur ce que l’on en pense pour l’instant. Page qui va donc évoluer au fil de notre expérience.

VELOS :

1 vélo Fahhrad Manufaktur T400 : un vélo allemand simple, économique, avec un cadre en acier et des roues de 26 pouces (donc universelles). Design simple, couleur noire, discret. Aucun souci avec ce vélo pour l’instant. Equipement Shimano Deore standard (donc universel !).

Porte bagage Tubus: le porte bagage arrière est surbaissé ce qui est très pratique pour installer une sacoche par-dessus la paire arrière. Les portes-bagages s’abîment au niveau des fixations des sacoches. Nous avons doublé les tubes acier avec du tuyau plastique. Limite les vibrations et donc l’usure. Dommage qu’à ce prix-là, Tubus n’y ait pas pensé.

Sacoches avant et arrière VAUDE : système de fixation un peu plus compliqué que chez Ortlieb. Plus difficile à ouvrir : un avantage contre les voleurs ? Petit détail : par rapport à Ortlieb, la sangle de fixation est attachée côté roue. En cas d’oubli, elle se prend facilement dans les rayons et ça casse. Chez Ortlieb, ça pend de l’autre côté. C’est mieux.

Sacoche de guidon VAUDE : rigide, bien plus pratique que la sacoche Ortlieb. Porte-carte intégré.

Sacoche centrale arrière Ortlieb : bien mais la base de fixation en plastique paraît fragile. S’est déjà décrochée une fois. La fermeture éclair qui donnait des signes de faiblesse dès les premiers jours s’est définitivement cassée au bout de 7 mois de voyage. La sacoche est devenue inutile. Remplacée par un sac de provisions bolivien à 20 centimes d’euros, étanche et résistant.

1 tandem KHS Alite : tandem en alu états-unien de construction robuste. Equivalent du Tandem Canondale et moitié moins cher. Surbaissé à l’arrière pour installer un enfant. La chaîne de transmission avant/arrière a tendance à se détendre. Le système de réglage heureusement assez simple (2 vis et un excentrique) et ne nécessite pas d’outils particulier contrairement au Cannondale. Jante arrière « déchirée » au bout de sept mois. Certainement fragilisée après avoir déjanté une première fois. Problème : roue avec 40 rayons quand le standard est de 36 ou 32. Remplacé en Argentine par une jante de 36 rayons montée sur le moyeu d’origine de 40.

Porte bagage Tubus : non surbaissé à l’arrière, dommage.

Sacoches avant, arrière et de guidon Ortlieb : systèmes de fermeture et de fixation super simples. Certainement très fiables dans le temps. Grande contenance des sacoches arrières, très petite contenance des sacoches avant.

Sacoche centrale arrière : sac crazyfish. Pas de problème pour l’instant. Peut servir de sac à dos totalement étanche.

1 remorque enfant Chariot Captain XL : grande remorque très confortable mais très lourde à vide : 20 kg. Un peu trop large également pour les couloirs d’hôtel et les transports en général. Autre inconvénient : roues de 18 pouces introuvables ailleurs qu’en Europe. Prévoir une paire de rechange.

AU SUJET DE CHARIOT :

Si vous décidez de partir avec une remorque enfant, voici 3 règles d’or :
1 – N’achetez pas la marque CHARIOT !
2 – Regardez ce qui existe chez la concurrence sachant que la plupart des remorques vendues en France sont des sous-marques de Chariot.
3 – Partez plutôt sur une remorque de voyage monoroue pour bagages que vous équiperez avec une siège enfant et un système de protection contre la pluie. Il y a déjà eu des montages de ce type. A chercher sur Internet.
Soyons clair, la Captain XL est très bien pour emmener bébé faire les courses et pas plus. Pour rouler sur des pistes en Amérique du Sud, c’est une blague. A presque 1000€ la remorque équipée neuve, c’est plus cher qu’un vélo. Nous avions fait le choix d’acheter la nôtre d’occasion. Certes, elle avait déjà pas mal roulé mais il me semble qu’à ce prix-là, on est en droit d’attendre une mécanique presque irréprochable. On en est loin.
En plus des défauts cités ci-dessus, il faut ajouter une conception truffée d’erreur :
  • Gorges sur les axes des roues qui se transforment en amorce de rupture : c’est une peu comme les feuilles prédécoupées,  c’est fait pour se déchirer. Ca n’a pas raté, les deux axes ont cassé. Remplacés par un système vis/écrou bien plus résistant.
  • Système de réglage de parallélisme à base de plaques métalliques totalement lisse : c’est le déréglage assuré au bout de quelques centaines de kilomètres. Il s’ensuit une usure excessive des pneus.
  • Système d’amortisseurs réglable inutile : là-aussi déréglage permanent des vis qui ont tendance à relâcher les plaques des amortisseurs qui finissent par casser.
  • Aucune imperméabilité : l’eau rentre de partout ! Par le dessous, par les interstices entre les différentes pièces de tissus et par les fermetures éclairs.
Ajouter à cela un service après-vente nulissime qui ne répond à me mails et à mes questions techniques que par « veuillez contacter votre revendeur » et vous comprendrez que nous ne sommes pas du tout contents de ce matériel qui nous aura causé pas mal de désagréments.

Pneus et chambres à air : Schwalbe. Pas de problème sur les vélos mais de nombreuses crevaisons sur la carriole. Mal conseillé par notre vélociste, nous avons équipé la carriole de pneus « city » pas du tout adaptés à ce que nous faisons.

Compteurs kilométriques : un des deux ne supporte pas la pluie. Dommage. Remplacé par un compteur « Cat Eye » avec gros fil acheté au Pérou. Plus de problème.

Outils : tout ce qu’il faut pour réparer les crevaisons, changer les rayons, visser et dévisser tout ce qui se visse et se dévisse sur les vélos, réparer les déchirures (tente, matelas), recoudre les habits. Ca fait beaucoup de poids mais on a presque déjà tout utiliser au moins une fois. Essentiel donc.

Pièces de rechange : patins de frein, fond de jante, rayons, chambres à air, pneus. Possible d’en trouver sur place mais de qualité souvent médiocre.

Pompe : déjà  3 pompes et pas une qui fonctionne correctement. Heureusement, nous avons opté pour des valves universelles ce qui nous permet de gonfler les pneus dans les stations services. Super pratique pour gonfler à bloc les roues des vélos.

BIVOUAC :

Tente HELSPORT GIMLE 4 : une tente spacieuse, résistante et facile à monter. Des qualités qui se payent par le poids : plus de 5kg. Pas de regret néanmoins. Un des arceaux s’est cassé. Des pièces sont prévues en remplacement. Une fermeture éclair commence à donner des signes de faiblesse. A suivre.

Matelas Thermarest : grosse déception sur ces matelas pourtant très réputés : se crèvent facilement et pas toujours facile de trouver la fuite. Dans tous les cas, ils se dégonflent presque entièrement en une nuit. Bof ! Multiples réparations.

Sacs de couchage : en duvet pour les parents et en synthétique pour les enfants (plus facile à sécher en cas de fuite !). Volumineux mais vraiment très chauds.

Sac à viande THERMOLITE : pratiques quand il fait très froid ou à utiliser seuls quand il fait chaud.

Réchaud PRIMUS : réchaud à essence très puissant. Il faut tout de même le coup de main pour réussir à le démarrer. Chauffe un litre d’eau en 2mn. Oubliez les cartouches de gaz en dehors des frontières françaises !

Popote MSR : en alu. Super compacte, légère et suffisante pour 4 personnes. Les verres isothermes sont un véritable plus.

Couverts : quelques fourchettes en plastique et les inévitables couteaux suisses.

Bassine pliable ORTLIEB : pratique pour la vaisselle, le linge, porter l’eau, laver les enfants. Indispensable.

Vaches à eau ORTLIEB : pratiques mais peu utilisées pour l’instant. Une noire pour l’eau sale, une bleue pour l’eau traitée. La vaches à eau noire peut se transformer en douche (embout spécial).

Filtre à eau KATADYN : on a beaucoup hésité sur cet équipement. Finalement, on l’utilise. Permet d’éviter les traitements chimiques de l’eau et l’achat quotidien d’eau en bouteille. Un plus pour l’environnement ! Désormais en Argentine où l’eau est potable, nous n’en avons provisoirement plus besoin.


Vêtements par personne: 2 micropolaires, 1 t-shirt laine été, 1 t-shirt synthétique été, 1 t-shirt laine hiver, 1 veste imperméable, 1 pantalon imperméable, gants, lunettes, surchaussures imperméables, une paire de chaussures pays chaud, une paire de chaussure trek, 2 pantalons, un short, 2 sous vêtements, une cagoule, un buff (super pratique contre la poussière et la pollution), un cycliste (déjà inutile). C’est peu mais c’est suffisant.

Electronique : 2 appareils photo (dont un faisant des vidéos HD), un macbook (le boîtier plastique casse de partout et le lecteur de DVD est mort), un i-pod (mort de sa belle mort lors de la descente de la mort ! Remplacé par un iPod d’occasion à Uyuni), un enregistreur audio numérique, 3 lampes frontales, une lampe à recharge mécanique, un panneau solaire et un convertisseur 12/230V (Inutiles. Repartis en France), une montre altimètre/thermomètre/boussole (indispensable en montagne) de marque Suunto (La coque supérieure en plastique s’est décollée. La montre prend l’eau est l’affichage est au plus mal. Vu le prix, c’est un peu léger). Nous étions déjà en possession de presque tout ce matériel. Que de l’occasion donc.

Santé : tout pour les petits ennuis du voyageur (anti-vomitif, anti-diarrhéique, anti-inflammatoire, doliprane, réhydratant). Liste à établir avec un médecin. Ne pas oublier un traitement curatif contre le paludisme si visite de zone impaludée et absence de médecin dans les environs. Vaccins à jour plus la fièvre jaune. Mahaut (2 ans) a eu droit en plus au vaccin contre la rage (qui n’est pas un vrai vaccin mais permet de bénéficier d’un peu plus de temps pour trouver un centre de soins antirabique pour l’administration d’un sérum).

Documents de voyage : copie des passeports, permis international, diplômes (s’il faut trouver du travail !), copie des ordonnances.

Divers : des livres (comment vivre sans), des cahiers (pour écrire, dessiner, jouer), quelques jouets pour les filles.

Toilette : des brosses à dent, un savon, une petite serviette (sert de gant de toilette) et une grande serviette microfibre. Ca suffit largement !

Orientation : des cartes achetées en France. Bien plus détaillées que celles trouvées dans les pays.  Tout le monde veut me les racheter ici! Pas de GPS, trop cher, trop gourmand en énergie et franchement pas nécessaire pour l’instant.

Une réflexion au sujet de « Dans nos bagages »

  1. bonjour a toute la petite famille!
    merci beaucoup pour toute ces info que vous nous donner sur votre site!
    nous somme déja partie a pieds en voyage au long court, et notre futur voyage ce fera en velo, et se site est une bonne source d’information!!
    merci aussi pour vos conviction, que nous partageons! un voyage est personnel, le sponsor et l’humanitaire n’ont rien a faire la dedans!! et le monde est bien plus accueillant et plein d’amour que ce qu’on veut nous le faire croire!!

    bonne continuation a vous 4!
    bises!

    anael, isabelle, tyska

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.