Une famille Un monde

Mais qu'est-ce qu'on fait là ?

De l’autre coté des Pyrénées

27 juillet 2010 : Canet – Le Boulou

Nous quittons Marie-Jo et Gérard ce matin.

Armés d’une carte IGN de la Costa Brava, nous suivons les conseils de Gérard pour rejoindre l’Espagne par le col du Perthus. Une route interdite aux vélos nous fait rebrousser chemin et trouver un autre passage. Finalement, nous dormons un peu avant la frontière.

Baraque de pêcheur à Canet

28 juillet 2010 – Le Boulou – Figueres

Cette journée fût difficile. Elle avait pourtant bien commencé par une ascension du Perthus plutôt facile. Les camions sont interdits sur cette route la journée et les touristes en voiture sont prudents sur ces routes sinueuses.

Le Perthus coté espagnol

Coté espagnol, c’est le contraire : la plupart des touristes français ne vont pas plus loin et s’arrêtent à la frontière pour acheter alcool et cigarettes. Pour nous, il faut jongler entre les poids lourds sur l’unique route jusqu’à la Jonquera. Dès que possible, nous tentons notre chance vers l’ouest mais ça grimpe raide et nous finissons par nous perdre en suivant des chemins de randonnée.

Le charme des villages espagnols

A quelques kilomètres de Terrades, sur les conseils des habitants et parce que nous n’avons plus un centime en poche, nous virons sur Figueres. Nous y trouvons de quoi manger mais pas un endroit pour dormir. Un peu assommés par la chaleur et avec la nuit qui s’annonce, nous demandons à planter notre tente à la première maison avec jardin. Nous avons la chance de rencontrer Claire qui vit ici depuis 7 ans avec qui nous discuterons un bonne partie de la soirée. En plus des cartes de la région, nous trouverons le lendemain matin des tomates et des livres pour les enfants à emporter avec nous.

Un peu d'ombre

29 juillet 2010 : Figueres – Salt (Girona)

Nous avions pris rendez-vous avec Pau et sa famille par l’intermédiaire du site warmshowers.org. Il nous faut donc arriver à Salt avant la nuit. Mais encore une fois, le jeu est d’éviter la terrible « national dos » et les autoroutes. C’est par Banyoles que nous passons.

Le ciel se couvre

L'étang de Banyoles

Mais au bout de 60km, le seul moyen d’entrer dans Girona est une 2×2 voies où la vitesse minimale conseillée est de 60km/h ! Pas le choix, l’arrivée sur Girona est périlleuse mais l’accueil chez Pau et sa famille nous fait oublier les difficultés. Autour d’un délicieux plat catalan (fideua) nous discutons dans un mélange d’espagnol, de français, d’anglais et de catalan.

Moltes gracies Pau, Carme, Arnau i Julia !

Vous pouvez désormais consulter également le journal de Zoé (voir onglet en haut de la page d’accueil du site).

Précédent

Repos à Canet

Suivant

Barcelone

  1. Ingrid

    Pas facile la traversée coté Espagnol, d’après ce que je lis.
    Un petit mot d’encouragement pour la suite des évènements, j’espère que vous ferez plein de photos, nous vous en enverrons de notre coté également, nous emmenons nos vélos en Italie !!
    Pendant que j’y suis, je vous conseille de gouter à l’Horchata di Chufa lorsque vous serez près de Barcelone, c’est une boisson sucrée,que Théo et moi-même adorons, elle est servie bien fraiche et au mieux avec de la glace pillée.

    Gros bisous à vous quatre.

  2. Chrystèle et la famille Desmarey

    Hola ! Un petit bonjour et plein d’encouragements de la part de toute la famille. Nous rentrons juste de vacances et venons vite faire un tour sur votre blog pour voir où vous en êtes, prendre quelques nouvelles et rêver un peu ;-). Louise se réserve désormais la lecture du journal de Zoé. Un petit tuyau : il y a des concessions Renault Trucks un peu partout dans le monde. Il parait, des collègues en panne de voiture à l’étranger me l’ont raconté, que l’on y est toujours bien accueilli, en tant que Français, quand on a un petit souci mécanique. Ca marche aussi sans doute pour les vélos ! Aussi, en cas de problème, ce sont sans doute des points de repère à avoir en tête. Bonne route, à très bientôt, on vous embrasse

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén