Soyons honnêtes, le vrai point noir de la Nouvelle-Zélande c’est cette maudite mauvaise habitude de conduire à gauche. It’s not right !.

Le saigneur des agneaux

Ce tout petit pays enchante tous les voyageurs qui s’y rendent. Impossible de trouver quelqu’un qui soit rentré un peu déçu par son voyage au bout de l’Océanie.

Un tel engouement pour un pays très lointain de l’Europe s’explique en partie par la médiatisation qui a suivi la sortie de la trilogie du seigneur des anneaux (6% d’augmentation de la fréquentation touristique). Les films de Peter Jackson mettent en avant ces paysages étonnants et variés allant des douces montagnes ondulées aux hauts plateaux désertiques en passant par des grottes éclairées des feux des vers luisants.

Pour ma part, ayant rencontré plus de moutons dans les villages et dans les bacs des supermarchés que d’Elfes ou de Nains, je vois plutôt ces îles comme celles du saigneur des agneaux.

C’est d’ailleurs l’exportation de ces animaux (60 millions de moutons) pour leur laine et leur viande vers l’Angleterre qui assurera au pays son dynamisme économique avant que celle-ci décide de se tourner vers le commonwealth plus proche, abandonnant la Nouvelle Zélande à son encombrant voisin australien.

Mais ce n’est pas tellement l’histoire économique du pays qui intéresse les touristes qui explorent le pays dans des vans bariolés.

C’est plutôt son savoureux mélange de paysages authentiques, ses grands espaces vides (un peu plus de 4 millions d’habitants se disputent un territoire grand comme l’Italie et dont la forme est d’ailleurs curieusement symétrique), ses petites villes à l’américaine poussant au croisement inespéré de deux routes, sa nourriture variée et enfin ses habitants accueillants et très détendus.

Soyons honnêtes, le vrai point noir de la Nouvelle-Zélande c’est cette maudite mauvaise habitude de conduire à gauche. It’s not right !. À part ça, rien à reprocher au mode de vie Kiwi.

Florilège de photos :