Après presque un an à écrire son journal tous les jours, Zoé se lance dans l’écriture du blog en compagnie de sa soeur et très légèrement aidée par Carine. Je leur laisse la parole :

Voyage en Patagonie Sud

(28 mai – 12  juin)

Nous sommes partis de Bariloche en Patagonie Nord. Nous avons mis 4 jours à descendre jusqu’à El Calafate, en Patagonie Sud. Nous avons loué une voiture, dit Mahaut.

Pourquoi en voiture ?

Ce n’était pas possible d’y aller à vélo parce qu’il y avait trop de vent, que les routes étaient trop dures et qu’il n’y avait pas assez de villages. Mahaut ajoute : il y avait aussi trop de neige.

Qu’est-ce qu’on a vu ?

On a vu des villages. On a vu la mer aussi, dit Zoé. La mer, ou l’océan, demande maman ? L’océan ! C’est le même que sur l’île de Chiloé !, dit Mahaut. Non, c’est l’Atlantique, précise Zoé. Autour de l’île de Chiloé, c’est le Pacifique. Et, à perte de vue, la pampa : c’est quand c’est tout plat et qu’il y a des herbes sèches.

Sur la route, on a vu des guanacos et des nandous (choique, en espagnol).

Dans les haciendas, ils élèvent des moutons. On a vu plusieurs personnes à cheval. Il y en a qui revenaient d’un endroit, dit Zoé, et il y a un autre monsieur qui conduisait ses moutons, sur un cheval avec des chiens. Les chiens, ils courent après les moutons pour les ramener.

Pourquoi être descendus à El Calafate ?

Il n’y a pas d’autres grandes villes. Et nous sommes allés à El Calafate pour aller voir le glacier Perito Moreno. Un glacier ressemble à ça : c’est là où il y a beaucoup de glace et aussi de la glace qui tombe. Le Perito Moreno est très connu parce qu’il est grand. On est assez près pour bien le voir et prendre de belles photos.

Quand un bloc de glace tombe, ça fait beaucoup de bruit. Ca libère une partie et après, souvent, le bout de glace du haut tombe aussi.

Mon acrostiche de GLACIER (Zoé) :

Glace grande et

Lourde,

Avec

Chutes

Impressionnantes

Et

Rigolotes.

Puis nous sommes allés à El Chalten.

Je suis allée faire une balade dans la montagne avec papa, dit Zoé. On a vu le Fitz Roy, ajoute encore Zoé. On a pris des photos. La nature était verte avec quelques montagnes d’herbes mortes : ça dépendait des coins. On a vu un grand lac gelé. On a vu des oiseaux à la tête rouge qui piquaient dans l’écorce des arbres. En France on les appelle les pics-verts. Mais ici ce sont des pics-rouges ! (carpinteros gigantes, en espagnol)

Mahaut n’est pas venue toute la journée avec nous : juste au début. Par contre le lendemain nous sommes allées nous balader avec elle et maman, pendant que papa faisait une balade qui montait plus loin. Nous sommes allées voir des chutes, rajoute Zoé. La moitié de la rivière était gelée, dit encore Zoé. On a joué à casser la glace.

Puis maman est allée se balader toute seule et nous, nous sommes restés à l’hôtel, dit Mahaut. Un petit garçon est venu. Comment s’appelle-t-il, Mahaut ? C’est un garçon alors il ne s’appelle pas «fille», dit Mahaut. Il s’appelle, il s’appelle … Anthoni ! Sa maman s’appelle Rose, dit Zoé et son papa … «Bleu», suggère Mahaut ! Non, Fitz Roy, dit Zoé parce que son papa était l’un des premiers à escalader cette montagne. Rose nous a invitées à venir jouer à sa maison. J’ai joué avec Anthoni, dit Mahaut. J’ai lu des livres, dit Zoé. Moi je ne sais plus, dit Mahaut. Anthoni parlait 2 langues : espagnol et français. Pourquoi ? Parce qu’il a envie, répond Mahaut. Parce que sa maman est d’origine française, précise Zoé, et son papa de Patagonie. Au début, il nous parlait espagnol : il n’avait pas beaucoup compris.

De retour à El Calafate, nous avons vu Ken. On a vu Ken !, crie Mahaut. Mais je ne sais pas comment il s’appelle …  Comment il s’appelle, Ken ? C’est un cycliste japonais, dit Zoé. Il voyage à vélo. On l’avait rencontré au Pérou. Avec Ken, on parle en espagnol.

Il est à El Calafate parce qu’il a envie, affirme Mahaut. Comme Anthoni ! Parce qu’il s’est cassé le poignet en faisant du skate-board, précise Zoé.

Nous avons repris exactement la même route pour rentrer. Nous n’avons pas changé parce qu’autrement, c’est de la piste, dit Zoé. Ce n’est pas agréable, surtout que nous n’avions pas une voiture faite pour la piste.

C’est quoi la Patagonie sud, alors ?

C’est surtout de la pampa, répond Zoé. Entre la Patagonie Nord et la Patagonie Sud, il y a une différence de paysage. La Patagonie Nord, ce n’est pas de la pampa. On l’a faite à vélo. Il y a des lacs, ajoute Mahaut. Et des volcans, dit Zoé.

Mon acrostiche de PATAGONIE :

Plaine plate et
Aride,
Terre à
Autruches et vigognes,
Grande région
Ouverte,
Nature
Isolée et
Ensemble vide,
Telle est notre Patagonie.
(Zoé)

 

 

Mahaut, préfères-tu être dans la chariotte ou voyager en voiture ?

Etre dans la … voiture, répond Mahaut. Parce qu’il fait tout chaud ! Et puis quand il pleut, on n’est pas mouillées, rajoute Zoé.

Et tu aurais préféré faire un an de voiture, Mahaut ?

Euh, nan : un an de voiture et 2 voitures et 5 voitures !

Et toi, Zoé ?

Moi je n’aurais pas préféré faire un an de voiture parce que je suis malade dans la voiture et que Mahaut a vomi presque tous les 1ers jours

J’ai vomi 2, j’ai vomi 5, précise Mahaut. Hier, j’ai vomi 1 et 2 ! J’avais un petit peu mal au ventre.J’étais un petit peu malade. J’ai vomi dans le sac (un petit et un gros!).

En voiture, tu vas plus vite et s’il y a du vent, s’il pleut, tu es à l’abri, ajoute Zoé. Mais le vélo, tu en profites plus : tu vas plus doucement, tu t’arrêtes pour manger dans la nature.

Nous avons rencontré des familles en voiture (4×4). Qu’en pensaient les enfants ?

Ils m’ont dit que des fois c’était bien mais que, au bout d’un moment, la voiture c’était un petit peu énervant parce que ça vibre, tu ne peux rien faire dedans, tu es assis et tu attends.

(Ce texte a été réalisé par Zoé et Mahaut.)